Un plan pour l'après Covid

28/04/2020

 

 

 

Paris, déjà durement éprouvé par la crise des Gilets Jaunes, les grèves dans les réseaux publics de transport et la gestion désastreuse de la municipalité dans les domaines de la propreté, de la circulation et des finances notamment est confronté, avec la crise sanitaire du coronavirus, à des défis gigantesques.

 

L’hôtellerie, la restauration et le tourisme, entre autres activités, sont essentiels pour notre ville et durement et durablement touchés. De nombreux indépendants (taxis, avocats, communicants, artistes, etc.) sont également gravement affectés dans leurs ressources et leurs perspectives. Les SDF sont en très grande précarité ainsi que les personnes très âgées isolées.

 

Les recettes fiscales liées aux droits de mutation vont s’effondrer et la bulle spéculative qui faisait vivre l’administration municipale au-dessus de ses moyens va éclater.

 

Notre ville doit être solidaire, se réinventer et mettre fin à tous les gaspillages pour aider ceux qui en ont besoin.

 

Aussi Aimer Paris propose 5 mesures d’urgence à adopter dès le retour à une vie sanitaire normale pour autant que de nouvelles vagues épidémiques ne nous accablent pas.

 

 

1 - Mettre fin immédiatement au projet de Jeux Olympiques en 2024

 

Alors que les jeux de Tokyo ont été repoussés d’un an parce qu’ils étaient à quelques mois de leur inauguration, ceux de Paris en 2024 sont suffisamment lointains pour qu’on arrête immédiatement les frais.

 

Les gaspillages qu’ils engendrent sont connus de tous et Paris ne peut plus se permettre ce genre de folies.

 

Le contrat de ville-hôte, malheureusement très mal négocié par Hidalgo, n’est pas explicite sur la possibilité de la ville-hôte d’y renoncer pour des raisons de force majeure alors qu’il le permet au Comité international olympique. Mais la notion de force majeure s’applique en droit y compris dans le silence des conventions et il faut immédiatement s’en saisir pour se retirer de ce projet. Nous ne serons de toute façon pas prêts en 2024 au vu de retard pris par les chantiers avant même le Covid.

 

Paris y économiserait des centaines de millions d’euros.

 

 

2 - Venir en aide aux indépendants et commerçants au bord de la faillite.

 

La part communale de la contribution économique territoriale devrait être ramenée à taux zéro pour deux ans pour les indépendants et commerçants dont le chiffre d’affaires est inférieur à 1 million d’euros et réduite par paliers pour les entreprises dont le chiffre d’affaires est supérieur.

 

Les droits de terrasse devraient être suspendus pendant un an.

 

 

3 - Faire face à la crise future des transports publics

 

Le respect des règles de distanciation sociale comme les craintes des usagers et employés des réseaux de transport publics risquent de dissuader l’usage de ces derniers. Des centaines de milliers de personnes vont se tourner vers d’autres solutions de mobilité.

 

Le recours au vélo est illusoire pour nombre d’entre elles : celles qui n’ont pas la santé le leur permettant, qui doivent effectuer de trop longs trajets ou avec trop de charges, etc.

 

Il faut donc re-fluidifier d’urgence le trafic des véhicules individuels motorisés et pour cela rouvrir les voies sur berges et supprimer les aménagements qui réduisent à l’excès la chaussée comme rue de Rivoli, boulevard Sébastopol, etc.

 

Il faut aussi signer une convention avec les taxis et VTC pour obtenir des tarifs forfaitaires plus abordables dans les mois qui viennent.

 

 

4 - Mettre fin aux préemptions d’immeubles, aider et/ou vendre les logements sociaux à leurs occupants.

 

Ces mesures, déjà proposées par Aimer Paris, auront pour effet de faire économiser très vite des centaines de millions d’euros à la ville et d’accroître au contraire ses recettes en capital. Pour les locataires du parc social ayant perdu leur emploi du fait des fermetures définitives d'entreprises suite à la crise du Covid-19, une suspension temporaire des loyers jusqu'à ce qu'ils en aient retrouvé un est également envisageable.

 

 

5 - Venir au secours des SDF 

 

Livrés très largement à eux-mêmes pendant le confinement ils devront faire l’objet d’un suivi par les services de la ville. Les personnels autrefois affectés à la verbalisation du stationnement devront être par priorité reconvertis dans cette action.

 

Naturellement toutes les autres mesures préconisées par Aimer Paris à l’occasion de la campagne pour les élections municipales, notamment la réorganisation profonde des services du balayage seront d’autant plus pertinentes dans les mois et les années qui viennent.

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives
Please reload