Déconfinez nous !

15/04/2020

 

Et arrêtez de prendre les Français pour des lapins de Pâques !

 

Ce n’est pas si compliqué, ça demande juste un peu de jugeote. 

  • 1- tester

  • 2- laisser sortir les personnes en bonne santé, et ceux qui sont guéris et non contagieux.

  • 3- soigner les autres avant que les symptômes ne soient trop graves au lieu de les laisser moisir avec une boîte de Doliprane, et protéger ceux qui s’occupent d’eux. Ceux qui n’ont pas de symptômes du tout doivent être mis en quarantaine stricte tant que la non-contagiosité n’est pas établie, et là encore il faut protéger ceux qui les entourent.

 

Partant de là il ne sert à rien d’obliger ceux qui ne sont en contact ni avec des malades ni avec des contagieux à porter des masques au demeurant inexistants, à part ceux qui sont bricolés chez soi et protègent fort peu. En revanche il est important de décontaminer tous les lieux publics sans états d’âme au nom d’une biodiversité fantasmée, puisque Monsieur Covid a la désagréable particularité de rester embusqué longtemps sur le plastique et le papier. En premier lieu du reste, le mobilier urbain et les transports en commun !

 

Mais pour ça il faut un préalable : les tests.

 

On nous dit que le test PCR, qui consiste à faire des prélèvements dans la gorge des patients et chercher l’ADN du virus, ne sont pas fiables, et qu’il faut absolument un test sérologique, par prise de sang, afin de chercher les anticorps, preuve que le virus a été présent et combattu.

 

Moyennant quoi chaque fois que surgit une bonne volonté pour fabriquer des tests dits sérologiques, et même des masques de protection pour ceux qui en ont besoin, notre administration met un point d’honneur à en refuser l’homologation. C’est à n’y rien comprendre !

 

Le professeur Raoult à Marseille parvient parfaitement à diagnostiquer le Covid par des tests PCR. Ce sont ces mêmes tests qui ont été utilisés très largement en Corée. Ils ne marchent pas ? Comment font les autres ?

 

Les tests sérologiques ne sont pas si complexes, on sait les faire, il semble qu’une volonté délibérée de refus d’en utiliser massivement sur les manants que nous sommes en ralentisse fortement l’usage, donc la date de dé-confinement. Par ailleurs, je ne suis pas certaine que ce genre de tests donne une indication de non-contagiosité. Il y a des anticorps, fort bien et alors ? Cela veut dire que le virus a été neutralisé, mais est-il encore présent ou pas ? En toute logique, trouver des anticorps sans savoir à quel moment le patient a pu être contaminé devrait pousser à sa mise en quarantaine pour un bon mois ! On n’est pas sorti de l’auberge. Il me semble que la recherche d’ADN couplée à ces tests serait plus pertinente, encore faut-il en avoir la volonté.

 

Il est urgent d’arrêter ce cinéma indigne de la France. Avec le système de santé le plus cher de la planète, nous avons l’impression de vivre dans le tiers-monde. Si on peut appeler « vivre » le fait de se morfondre inutilement entre 4 murs ! 

 

Il est urgent de tester en priorité les personnes qui sont actuellement totalement empêchées de travailler : artisans, commerçants, indépendants, salariés du privé en chômage partiel ou technique. Ces gens doivent être prioritaires, même si les bars et restaurants et autres lieux de rassemblements peuvent attendre encore un peu. Mais pas trop !

 

Les agents des services publics doivent aussi retourner à leur poste, juste après, puis ceux qui font du télétravail mais n’ont évidemment pas la même efficacité qu’en temps normal, surtout si une partie de leurs interlocuteurs sont empêchés de travailler de leur côté.

 

On peut se permettre de laisser confiner un peu plus longtemps ceux qui ne participent pas directement à l’économie s’il n’y a pas assez de tests pour tous, mais il ne faut pas exagérer pour autant. Il faudra eux aussi les libérer. Tous les retraités ne sont pas inactifs, les étudiants et les écoliers ne peuvent vivre en autarcie éternellement. D’ici fin mai toutes les personnes non contagieuses devraient être hors de chez elles. Et celles qui doivent travailler doivent être libérées d’ici la fin avril ! Assez d’atermoiements ! Même l’Espagne en aura terminé le 26 avril ! Serons-nous les pires d’Europe ?

 

Quoi qu’il en soit, à l’issue de cette sinistre affaire, nous ne ferons pas l’économie d’une réforme profonde de notre système de santé. Malheureusement cela paraît impossible tant que nous aurons des dirigeants tout juste bons à flamber ce que les Français gagnent. Nous ne ferons donc pas l’économie – et c’est même une condition préalable – d’une enquête sérieuse sur le dysfonctionnement de notre administration et des politiciens qui la soutiennent et l’utilisent, à commencer par le premier d’entre eux.

 

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives
Please reload