DUBUS « EN MARCHE » À l’ARRÊT

31/07/2019

C’est avec un plaisir certain qu’AIMER PARIS constate que la République en Marche s’inspire de son programme sur le logement à Paris, pour mettre un terme à l’exode des classes moyennes.

 

En l’absence d’idées novatrices, LREM s’octroie sans aucune pudeur celles des autres. Lors des présidentielles Monsieur Macron n’avait pas hésité à récupérer des propositions de François Fillon, totalement en contradiction avec son programme, et sans la moindre intention de les mettre en œuvre, parce qu’elles pouvaient lui apporter des voix de droite. Faussaires et plagiaires, mais avec accès à des médias bienveillants, ce qui aide beaucoup.

 

Ainsi, Jérôme Dubus, Conseiller de Paris et retourneur de veste professionnel, l’un des chefs de file des « constructifs » Parisiens, c’est-à-dire des LR sans conviction prêts à accepter la gamelle que leur tend Jupiter, a fait publier un texte sur le logement dans la Tribune des Echos.

 

https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/attirer-les-classes-moyennes-a-paris-1040717

 

Dans cet article, paru le 26 juillet, il reprend à son actif deux propositions phares de AIMER PARIS, lisibles sur le site depuis le début : la vente de logement aux résidents HLM qui le souhaitent et la reconversion de bureaux en logements. Bien entendu il arrange ça à sa sauce.

 

C’est gentil de sa part, et nous l‘en remercions, toutefois, il aurait été plus honnête de nous citer. Mais l’honnêteté ne fait pas partie des valeurs macroniennes.

 

Nous notons au passage qu’il fait preuve d’une pusillanimité bien caractéristique des Marcheurs, en limitant à 1% la vente du parc social, ce qui revient à un coup d’épée dans l’eau en fait de relance d’une vraie politique immobilière à Paris. Plagier oui, mais en édulcorant.

 

Ensuite, il est évident que la politique du logement à Paris ne se résume pas à ça. Nous n’avons pas tout dit, il aurait dû attendre un peu pour pomper sa copie. Il aurait dû aussi se renseigner un peu mieux sur l’état des lieux. Lorsqu’il parle de Prêts Locatifs Intermédiaires à privilégier en lieu et place de logements sociaux là où les 20% de la loi SRU sont atteints, il est en retard car la loi SRU en exige 25% depuis 2013. Dubus a manqué un métro et fait preuve d’amateurisme. De même lorsqu’il demande à ce que la part des logements sociaux soit rééquilibrée dans tous les arrondissements, il oublie les disparités de coût du terrain d’un arrondissement à l’autre, c’est-à-dire la loi de l’offre et de la demande, et retombe dans les mêmes erreurs égalitaristes qu’Anne Hidalgo. A ce propos d’ailleurs, il ne semble pas remettre en question les critères d’attribution des logements sociaux, pourtant largement iniques.

 

Mais tout ceci n’est que mensonge, lorsqu’on roule pour un gouvernement :

 

-qui hait la propriété immobilière au point d’avoir organisé un impôt spécial (l’IFI) plutôt que de supprimer totalement l’ISF, alors que les bailleurs sont déjà plumés et asservis et les locataires surprotégés, et les choses s’aggravent à chaque nouveau projet de loi.

 

-qui hait les classes moyennes, « ceux qui fument des clopes et roulent au diesel », comme le dit si bien Benjamin Griveaux, candidat déclaré de LREM à la Mairie de Paris et donc futur patron de Monsieur Dubus si celui-ci parvenait à remporter la mairie du 17ème.

 

-qui préfère les communautarismes exotiques aux « mâles blancs » au point d’avoir une Marlène Schiappa dans son gouvernement et de prendre une Sibeth « la meuf est dead » comme porte-parole. Au point aussi de fricoter avec les Frères Musulmans jusqu’à envisager de leur faire gérer un islam d’État à travers le CFCM.

 

-qui déteste les familles, sauf les familles artificielles issues du constructivisme progressiste qu’il aime tant.

 

Monsieur Dubus parle de transformer des bureaux en logements, mais oublie ou ignore que Monsieur Macron a signé un arrêté pour empêcher tout recours contre la construction de la Tour Triangle. La Tour Triangle ne sera pas transformée en logements, les tours ne sont pas vraiment ce qu’on fait de mieux tant en matière d’habitation que sur le plan écologique, en revanche leur construction rapporte beaucoup à certains promoteurs bien en cour, en l’occurrence Unibail dont l’ancien directeur de communication était… Monsieur Griveaux. Alors il aurait peut-être mieux valu utiliser le terrain pour faire construire des bâtiments directement habitables. Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ? Monsieur Dubus se plaint de l’encadrement des loyers, mais n’est-ce pas Monsieur Macron lui-même qui a permis que les maires puissent utiliser cette arme de destruction massive du parc locatif ?

 

Il est donc paradoxal que ce monsieur Dubus « roule » pour un programme totalement en porte-à-faux avec l’idéologie de LREM. Autrement dit parfaitement mensonger.

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Posts Récents

01/01/2020

Please reload

Archives
Please reload