Delirium climatique

26/07/2019

Christiane Chavane a eu un coup de chaud en voyant les députés se prosterner devant Greta Thurnberg !

 

 

 

 

On nous rebat les oreilles au sujet de la canicule parce qu’il fait chaud en juillet. Comme s’il n’était pas normal que l’été soit chaud. On manque d’eau non pas à cause de la canicule mais parce que les écologistes décérébrés ne supportent pas que l’on fasse des réserves d’eau pour l’irrigation. Résultat : une centrale nucléaire arrêtée dans le sud-ouest car les eaux de la Garonne sont trop basses pour le refroidissement. Bien entendu notre Jupiter national a trouvé la solution : taxer l’eau ! Après vous avoir conseillé d’en boire pour éviter la déshydratation, puisqu’il est bien connu que vous n’auriez pas pu y penser tout seul. Taxer l’eau ne la rendra pas plus abondante mais ça bouchera bien une ou deux fuites dans le budget de l’état.

 

Attention à ne pas confondre météo et climat. L’hiver, quand il neige plus qu’il n’est habituel, qu’il fait un froid polaire, vous allez entendre ça à longueur de journée. Mais l’été, s’il fait un poil plus chaud que les 5 étés précédents, ce qui arrive régulièrement, là on peut confondre et l’on nous servira à satiété « c’est le réchauffement climatique » « il faut sauver la planète » « faisons une marche pour le climat ». Sauf que non, là, on parle de météo, justement.

 

Donc pour sauver la planète l’enfant terrible du marketing et du show-biz est une gamine suédoise psychologiquement perturbée qui refuse de se scolariser et que ses parents indignes ont réussi à propulser sur le devant de la scène. Sainte Greta, que j’ai plutôt envie d’appeler Sainte Grétouche, m’énerve au plus haut point. Il est parfaitement inadmissible que cette petite malade soit accueillie comme le messie, reçue en grande pompe à l’assemblée nationale pour venir distiller ses calembredaines escrologistes. Elle nous dit d’écouter la « science ». Laquelle ? Celle du show-biz ? Elle n’y connaît rien. Qu’elle retourne donc en classe, et si son QI est supérieur à celui de la moule, qu’elle l’apprenne donc, la science, et lorsqu’elle sera devenue une scientifique reconnue, d’ici une bonne vingtaine d’années, qu’elle aura compris qu’elle n’est qu’un produit marketing et n’a pas plus de valeur qu’une savonnette en tête de gondole, qu’on s’est servi d’elle pour faire passer un message politique destiné à voler et asservir les citoyens du monde occidental, sans doute se fâchera–t-elle contre ses parents indignes et la bande de malfrats qui la dirigent. 

 

 

LE GRIVOIS DE PANAME

 

Benjamin n’est même pas capable de trouver une photo pour illustrer son propos sur le Vel d’Hiv et nous ressort un cliché qui n’a rien à voir, montrant des punitions d’ex collabos de la 2e guerre mondiale. Aimer Paris ne commente pas : on ne tire pas sur une ambulance. Ce pauvre type ne mérite que le silence et notre plus profond mépris. Mais sa photo est peut être prémonitoire. La tyrannie commence toujours de la même façon et s’impose sans qu’on y prenne garde, mais ses zélateurs : hier collabos aujourd’hui « antifas » auto-proclamés, fausses féministes anti-mâles blancs, « no-borders » et autres « progressistes » adeptes de l’eugénisme et « écolos » préférant les animaux aux humains (ces deux derniers groupes devraient nous alerter car ils ont fait Fürher dans les années 40… ), tous fort bien vus par le pouvoir jupitérien, ont toujours le même profil, celui de profiteurs dénués du moindre scrupule, avides selon le cas de petits privilèges ou de grand pouvoir.

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives
Please reload