Serge Federbusch invité dans le Talk du Figaro

20/06/2019

 

Ce lundi, Serge Federbusch était l’invité du Talk Le Figaro. 

 

Si vous n'avez pas pu visionner son intervention vidéo et/ou souhaitez la revoir, nous vous invitons à cliquer ICI afin de vous rendre sur la page dédiée ; vous trouverez également ci-dessous la copie de l'article.  

 

 

INTERVIEW VIDÉO - Le candidat aux municipales à Paris, soutenu par le RN,

 

« Paris est devenue crasseuse » Serge Federbusch, candidat aux municipales à Paris soutenu par le RN, s’est plaint lundi, lors du «Talk Le Figaro», de la gestion actuelle de la capitale. Avec son mouvement Aimer Paris, il souhaite intervenir dans «une ville qui dysfonctionne». Mais avant cela, il faut s’attaquer, selon lui, à «l’offre politique actuelle».

 

«La crasse, l’incapacité à gérer les flux migratoires, la dette qui enfle» rendent, selon lui, le bilan d’Anne Hidalgo, la maire socialiste sortante, «catastrophique». Quant aux candidats macronistes, «ce sont des socialistes» qui risquent, selon lui, de poursuivre «la continuité de l’inefficacité». Il qualifie aussi Les Verts de «maximalistes». Ces «clans», «hypocrites», ne se différencient, selon lui, que par leur «discours extrémiste d’écologie, gérée de manière démagogique».

 

«Politiques laxistes»

 

Afin de s’imposer face à ce tripartisme (PS, LREM et EELV), Serge Federbusch veut proposer «une offre indépendante», «d’honnêteté et de bon sens». Objectif, selon lui: «sortir de l’hypocrisie, comme le [fait] le RN». Sans avoir lui-même adhéré au parti de Marine Le Pen, il affirme le rejoindre «sur les questions migratoires». «On va vers un Calais à Paris», met-il en garde, en allusion à la «situation catastrophique» de la Porte de la Chapelle, dans le nord de la capitale. Le candidat se dit également «libéral» sur certains sujets. Face aux «politiques financées par le crédit et l’endettement», il propose de ne plus construire de nouveaux HLM. En conduisant à la préemption de logements, ceux-ci contribuent, selon lui, à la «crise immobilière parisienne».

 

Par son projet, le magistrat compte aussi faire oublier les «politiques laxistes» menées selon lui par la mairie de Paris. Afin de «refluidifier la circulation», par exemple, il faut «apporter des solutions réelles et ne pas se contenter des effets d’annonce, comme le fait Hidalgo». «La réouverture des voies sur les berges» est pour cela essentielle, juge-t-il. «Je n’en ai pas peur.»

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives
Please reload