BAISSE DES IMPÔTS : PAROLES, PAROLES…

20/06/2019

Edouard Philippe promet une baisse massive pour les classes moyennes « qui travaillent ». Voyons ce qu’il en est.

 

Comme un schéma vaut mieux qu’un long discours voici une simulation pour un célibataire : en abscisse le revenu fiscal et en ordonnées l’économie réalisée.

 

 

 

 

Les calculs ont été effectués sur la base des données transmises par le journal la Tribune. Il reste des incertitudes puisque la baisse éventuelle de la 2e tranche (celle à 30%) n’est pas plus précisée dans le discours du premier ministre que l’abaissement des seuils qui fera passer le revenu dans la tranche supérieure, ce qui peut gommer une partie (voire tout) de l’économie.

 

Comme on le voit, entre 28 et 29.000 euros annuels de revenu fiscal, l’économie chute autour de 100 euros. Un cadre débutant ou un technicien supérieur va économiser 10 euros par mois.

 

L’effet pervers de cette pseudo réforme est double :

  • D’une part on va sortir de l’imposition environ 10 % des contribuables actuels. Alors que déjà 55 % des foyers résidant en France ne paient pas d’IRPP on va se retrouver avec 10% des contribuables pour en payer 75% au lieu des 20% actuels : de la classe moyenne intermédiaire à quelques riches.

  •  

  • D’autre part ce nivellement par le bas des revenus des Français est insupportable. Il interdit aux citoyens d’évoluer. Pourquoi s’embêter à faire de longues études si c’est pour avoir le niveau de vie d’un smicard ? Chaque génération espère des lendemains meilleurs pour ses enfants et les pousse à travailler pour réussir. Si c’est pour stagner à vie, à quoi bon ? Ceci explique que les Français aient de moins envie de faire des efforts, qu’ils dépriment, et que ceux qui ont plus qu’eux leur paraissent être d’horribles privilégiés. Trop d’égalitarisme engendre rancœur et jalousie de ceux qui ont réussi, et tue à petit feu tout le tissu social.

Ici lorsque vous passez de 28500 à 29500 euros, vous ne gagnez plus que 10 euros /mois au lieu de 30. Si vous avez eu une augmentation de 5% parce que votre patron est content de vous la voilà partiellement rabotée. Le fisc vous punit.

 

Par-dessus le marché il paraît que cette « réforme » va coûter plusieurs milliards d’euros. Aucune espèce de tentative de limiter la dépense publique n’ayant été entamée : qui va payer ?

 

 

 

:

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives
Please reload