EUROPEENNES 2019

05/06/2019

Pour ceux qui ne sont pas venus à notre soirée électorale, voici quelques réflexions sur les résultats, mais aussi, dans l’ordre, sur le scrutin lui-même et sur la campagne.

 

Tout d’abord les chiffres officiels :

 

Au plan national, le RN est légèrement en tête avec 23,5% contre 22,5% pour LaREM. On soulignera le score exceptionnel de EELV : 13,1%, qui se place en 3eposition devant LR avec 8,2, le PS version Glucksmann avec 6,4 et enfin la France Insoumise avec 6,3. Debout la France dépasse à peine les 3%.

 

A Paris les chiffres sont très différents : LaREM l’emporte largement avec 32,92 % mais d’assez fortes disparités selon les arrondissements, alors que le RN se situe partout entre 6 et 8 avec une moyenne à 7,22%. LR prend une pâtée, avec 10,19%, mais moins que sur l’ensemble de la France, et EELV emplafonne tous les records avec 19,89%. Le « boboïsme » a de beaux jours devant lui.

Sur le scrutin : depuis que je suis en âge de voter (et ça fait un moment), dans cette douce France patrie des Droits de l’Homme et chantre de la démocratie, jamais je n’ai vu une telle dose de tricherie officielle. Une honte ! On se croirait dans un pays du tiers-monde. Tout d’abord, alors que généralement les listes électorales sont tenues par les mairies qui éditent les cartes, cette fois c’est l’INSEE qui s’est chargé des nouvelles cartes, et elles étaient truffées d’erreurs au point que Castaner s’est fendu d’un courrier pour demander l’indulgence des présidents de bureaux de vote lorsque la carte d’électeur ne correspondait pas à la carte d’identité. C’est évidemment la porte ouverte aux comportements les plus arbitraires, mais certaines personnes se sont vues empêchées de voter car leur carte ne correspondait pas à la liste. Ce fut même le cas du Maire de la Seyne sur Mer. Bien évidemment certains bureaux ont aussi refusé toutes les procurations.

Mais il y a bien pire. Dans certains bureaux de vote les bulletins RN étaient carrément absents. Dans un village, on m‘a rapporté que le maire les avait laissés dans sa voiture et qu’il a fallu l’intervention des gendarmes pour les récupérer. Dans un bureau de Paris 18e, ils étaient coincés sous un plastique et impossibles à prendre. Dans mon propre bureau du 12e, on avait par pur hasard laissé traîner un papier dessus, de sorte qu’au milieu de la flopée de listes, on ne le voyait pas. On se demande quel score aurait fait RN sans toute cette tricherie.

 

Maintenant revenons à cette campagne surréaliste et voyons les résultats à partir de là :

-          Tout d’abord le pseudo grand débat à plusieurs millions d’euros, qui a permis à Jupiter de monologuer pendant des heures, a servi de campagne européenne pendant 3 mois sans que cela fasse sourciller ni le CSA ni la commission des comptes de campagne alors que les interventions de Steve Bannon ont été décomptées dans le temps de parole du RN. Pourquoi pas, mais alors Macron aussi.

 

-          Ensuite tout a été fait pour que l’on n’entende que deux sons de cloches. Il y a eu une omerta totale sur tous les autres candidats, à l’exception de ce que Macron fait de mieux en matière de stratégie politique : utiliser les médias et la justice pour envoyer des boules puantes à ses adversaires, comme le procès Balkany, dont il ne sortira rien, mais arrivé bien à point.

 

-          Macron a donc obtenu que cette élection soit un remake de la présidentielle : « moi ou le chaos le Pen ». Les électeurs ne s’y sont pas trompés, ils ont « voté utile » dans les deux sens. Le problème c’est que les deux premières années de présidence de Jupiter ont démontré que « moi ou le chaos » est devenu « vous m’avez et vous avez aussi le chaos ». Ça finit par ne plus prendre. Comme on dit : les meilleures plaisanteries sont les plus courtes. Le résultat c’est un déni de démocratie, puisqu’un scrutin proportionnel est fait pour que chacun choisisse selon ses convictions, et que tous les courants puissent être représentés. N’avoir plus que deux partis en France : un parti très conservateur, plutôt interventionniste, et nationaliste et un parti ouvertement pro-immigration, ouvertement socialiste et internationaliste, c’est un choix en noir et blanc, ça manque de couleur et de diversité. Pourtant on nous parle sans arrêt de « vivrensemble », cherchez l’erreur. Cela explique la déroute de LR et de FI.

 

-          Macron a eu la bêtise de se compromettre en faisant de cette élection un « barrage au FN », dans l’espoir de rester en tête et de préparer sa réélection comme en 2017. Il a utilisé tous les médias. Il a même failli remplacer la photo de sa tête de liste, Loiseau de mauvais augure, par la sienne, s’impliquant dans cette élection comme un vulgaire chef de parti alors que le président est censé être celui de tous les Français, pas juste ses électeurs. Avoir comme seul programme de battre un parti, sans être capable de mettre en œuvre les réformes qui justement rendraient inutile ce parti, ce n’est pas un projet sérieux. On a oublié l’Europe dans tout ça. Il a perdu. Mais d’ores et déjà nous savons que ça ne changera rien. Si malgré la triche il a perdu de peu, il considère qu’il a toujours raison et continuera sa politique de gribouille, avec toujours plus de répression anti-opposants, de boules puantes, de « c’est la faute des autres », le crédo du bon socialiste qui foire tout.

 

-          Enfin, le pire dans tout ça est l’avancée des khmerts verts, qui ne sont que le PCF repeint. Il est vrai que des jours et des jours de bourrage de crâne, en particulier chez les jeunes, ne peut mener qu’à ce résultat. Si les Verts s’occupaient vraiment d’écologie Paris ne croulerait pas sous les rats et la fluidité du trafic permettrait d’améliorer la qualité de l’air, mais les Verts sont uniquement des ennemis de la liberté.

 

En conclusion, plus que jamais avec la déroute de LR, Aimer Paris devient la seule opposition de droite, la seule alternative au désastre Hidalgo ou Griveaux et aux « Verts-Millons ». Nous saurons proposer des solutions réellement respectueuses de l’environnement et non juste idéologiques.

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Posts Récents

09/12/2019

Please reload

Archives
Please reload