Hidalgo IRRESPIRABLE

28/01/2019

 

Le premier dimanche de chaque mois, dans le centre de Paris, les riverains retiennent leur souffle.

 

Grâce aux idées lumineuses de Christophe Nadjowski, le Mao Tsé Toung du déplacement parisien, le Grand Timonier sans bateau, adepte de la très Longue Marche à pied, les 4 premiers arrondissements se trouvent neutralisés : il est interdit d’y entrer, d’en sortir et d’y circuler autrement qu’à pied ou en vélocipède.

 

La Mairie appelle cette opération : Paris respire. Je ne sais pas si Paris respire mieux, mais les Parisiens, certainement pas.

 

Hidalgo se fiche éperdument de la légalité. C’est logique puisque lorsque Paris est condamné en justice à cause de ses multiples âneries, ce sont les contribuables qui paient et pas elle, pourquoi s’en inquiéterait-elle ?

 

Suivant les préconisations du « líder mínimo », elle boucle donc les 4 arrondissements en employant des vigiles privés, non assermentés, qui ne coûtent que la modique somme de 30.000 euros au Parisien chaque dimanche. Les soucis budgétaires ne la concernent pas plus que la loi. 

 

Les Parisiens paient donc ces sommes pour se faire enfermer chez eux chaque week-end.

 

Mais si ces miliciens douteux faisaient le job honnêtement, et s’ils avaient des ordres intelligents, ce serait déjà moins grave. Or les témoignages d’abus de pouvoir commencent à filtrer. La mésaventure d’une de nos adhérentes nous éclaire sur la vie et les mœurs des porte-flingues de l’hôtel de ville : voulant partir en voyage en famille, elle devait charger son véhicule. Elle a donc gentiment demandé aux nervis d’Hidalgo de la laisser approcher de chez elle en voiture, en leur expliquant qu’elle avait des bagages à récupérer. Ils l’ont laissée passer avec un grand sourire. A peine était-elle arrêtée devant sa porte qu’un agent de police (assermenté, celui-là) est venu lui dire qu’elle devait circuler. Selon lui il avait reçu un appel téléphonique. On se demande bien de qui ? Entre temps son fils est arrivé avec les bagages et le reste de la famille. 

 

Surprise : le lendemain il y avait dans la boîte aux lettres un PV de 135 euros assorti d’une demande d’enlèvement. Quand le policier a- t-il eu le temps de verbaliser ? Il est plus que probable que la milice ait fait appel à lui et lui ait courtoisement fourni le nº de la plaque.

 

Dans n’importe quel endroit civilisé au monde, on laisse les gens charger devant leur porte, on ne les oblige pas à aller en métro porter vingt kilos de valises jusqu’à leur voiture. Pas à Paris, sachons-le ! A Paris l’avenir est aux culturistes oisifs. Les enfants, les handicapés, les personnes âgées, ceux qui ont des charges lourdes à porter, ceux qui ont besoin de leur véhicule pour travailler (parfois le week-end, ça arrive) n’ont qu’à s’en aller, ils ne sont plus les bienvenus.

 

Pour nous Parisiens, c’est Hidalgo et ses Verts-de-Gris, qui n’ont pas leur place dans cette ville. Il est totalement inacceptable que des édiles que nous payons grassement passent leur temps à nous empoisonner l’existence.

 

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives
Please reload