Hidalgo : Bagatelle pour un massacre

17/12/2018

Alors que la situation du château et du parc de Bagatelle, un des trésors du patrimoine parisien, est de plus en plus inquiétante, la seule solution avancée par Hidalgo est la privatisation d'une partie de ces espaces et la concession du bâtiment. Normal : les caisses municipales vidées par les pistes cyclables inutiles ou les achats de logements à des fins clientélistes ne permettent pas d'entretenir la quintessence du goût français, des valeurs si peu démagogiques et si peu électoralistes pour cette calamité faite mairesse.

 

Une pétition lancée en novembre dernier par la guide touristique d'origine new-yorkaise Amy Kupec Larue et l'architecte d'intérieur Dorian Guo réclame la rénovation de ce pavillon construit au XVIIIe siècle dans le bois de Boulogne. Le bâtiment est déjà très délabré, s'alarme-t-elle.

 

Ce petit château construit en 1777 dans le bois de Boulogne par l'architecte François-Joseph Bélanger et classé monument historique depuis quarante ans, subit «de mois en mois» une «continuelle dégradation», s'inquiètent la guide pour les jardins de la Ville de Paris et son cosignataire.

 

L'énumération des détériorations donne un aperçu de l'ampleur du problème: «Avec le délabrement de la corniche, des blocs commencent à se détacher, et la pose d'un filet pour éviter les accidents ne fait que retarder les problèmes» , détaillent-ils. Ce phénomène, «sans nul doute le signe d'infiltrations importantes», «entraîne une détérioration rapide du premier étage qui n'a jamais été restauré», déplorent les signataires.

 

Ces dégradations sont telles qu'elles ont «des conséquences sur l'état du rez-de-chaussée où se trouvent les salles les plus emblématiques du château». Un état de délabrement impossible à cacher aux visiteurs: «Nous sommes parfois obligés de nous excuser de l'état des lieux», regrette un guide interrogé par nos confrères du Parisien.

 

Motif supplémentaire d'agacement pour Amy Kupec Larue et Dorian Guo: alors que le problème a été signalé en janvier 2018 par la Commission du Vieux Paris, chargée de conseiller la mairie sur la protection du patrimoine parisien, aucune rénovation n'a depuis été entreprise cette année.

 

Une situation d'autant plus regrettable que le château présente aussi une grande valeur historique: Napoléon Bonaparte, le comte d'Artois ou encore d'importants collectionneurs d'art et philanthropes, comme Richard Wallace, y ont séjourné.

 

Dans la pétition, la guide des jardins de Paris et l'architecte d'intérieur demandent à Anne Hidalgo de «commander une étude approfondie du bâti» pour évaluer précisément les dégâts, ainsi qu'«une vraie campagne de préservation et de restauration». Les auteurs comptent de leur côté apporter une aide financière «par le biais de dons privés et de mécénat d'entreprise».

 

A tout cela, hidalgo ne répond que par la recherche d'un concessionnaire qui fera un peu ce qu'il veut à l'intérieur de ce petit trésor.

 

Il suffirait pourtant que la mairie renonce à acheter trois ou quatre immeubles destinés à loger des électeurs pour que le problème soit réglé.

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives
Please reload