La nouvelle interview de Serge Federbusch par Atlantico au sujet du départ de Bruno Julliard

18/09/2018

 

Bruno Julliard, premier adjoint d'Anne Hidalgo à la maire de Paris, a choisi de quitter son poste en dénonçant une "exécution (...) défaillante."

 

Merci de cliquer ICI afin de retrouver l’intégralité de l'interview de Serge Federbusch et apporter du trafic au site qui l'a réalisé. 


 

 

 

Atlantico : Bruno Julliard, premier adjoint d'Anne Hidalgo à la maire de Paris, a choisi de quitter son poste en déclarant "Je crois en la pertinence du projet sur lequel nous avons été élus en 2014, et je suis persuadé qu’il est aujourd’hui encore soutenu par une majorité de Parisiens. Mais si l’orientation générale est la bonne, l’exécution est défaillante." Derrière le problème d’exécution ici pointé, comment mesurer celui lié à l'orientation politique générale elle-même ? 
 

Serge Federbusch : Julliard personnalise l’échec d’Hidalgo. Son credo est en quelque sorte platonicien : "ne jetez pas le bébé du socialisme bobo-parisien avec l’eau sale dans laquelle barbotte Hidalgo ». Ce faisant il essaie en apparence de sauver les meubles et l'idéologie mi-festive, mi-répressive héritée de Delanoë. La réalité est plus triviale : il prépare le terrain pour les Macronistes qui veulent prendre la mairie à Hidalgo. Le discours sous-jacent consiste à convaincre l’électorat qui l’a portée au pouvoir de voter pour En Marche en lui susurrant : tout changera à la tête de l’Hôtel-de-Ville pour que rien ne change dans l’inspiration politique municipale.

 

Evidemment c’est une arnaque : c’est le clientélisme, le communautarisme et la névrose de la communication hérités de Delanoë qui sont à l’origine des déboires de Paris. Pas seulement le sectarisme et l’incompétence d’Hidalgo même s’ils sont réels. En bref, il s’agit de refaire en 2020 à Paris l’escamotage de 2017 en France : remplacer Hidalgo par Griveaux comme Hollande par Macron. Le tout sans aucune efficacité puisque les mêmes concepts erronés prévaudront : lutte contre-productive contre l’automobile, logements clientélistes hors de prix, désorganisation du service public inhérente au socialisme, endettement galopant, etc.

 
Comment mesurer cependant, du point de vue des électeurs d'Anne Hidalgo, l'ampleur du problème posé par "l’exécution" que pointe par Bruno Julliard ? 

 

Hidalgo a un réseau clientéliste de logés sociaux et d’associations prévariquées très fort. Cela n’a plus grand chose à voir avec l’idéologie ou les peines de coeur des socialistes. A mon sens ce système la protège de descendre en dessous de 15 à 18% des voix. La défection de Julliard n’y changera rien. Si la presse en parle autant, c’est plutôt le signe que les réseaux macronistes sont derrière tout ça.

 
Qu'est-ce que cette décision de Bruno Julliard pourrait avoir comme conséquences, aussi bien pour l'avenir politique de Anne Hidalgo, que pour l'avenir de la politique menée pour les parisiens ?
 

Cela fragilise un peu plus Hidalgo et vient à point nommé pour Griveaux pour l’aider à la supplanter. Mais l’impact de cette tempête dans un verre d’eau de rose sera très limité à terme. Une fois encore la virulence des médias appartenant aux oligarques sur le sujet montre qu’ils vont essayer de rééditer la magouille de 2017. Macron veut à tout prix emporter Paris pour avoir un succès à brandir après les municipales qui promettent d’être désastreuses pour lui. D’une certaine manière, la défection de Julliard pourrait envenimer leurs relations. Quant à Paris, il n’a rien de bon à attendre d’Hidalgo ou de Macron. Seule Aimer Paris, l’association que j’ai fondée avec des défenseurs de notre ville, peut offrir une alternance réelle en 2020.

 

 
Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives
Please reload