SOURCE D’ENNUIS

10/09/2018

 

Le moins que l’on puisse dire c’est que le prélèvement fiscal à la sauce Darmanin ne coule pas de source.

 

Après dix jours de pantalonnade où l’administration fait comprendre que le prélèvement de l’IRPP directement par les entreprises risque de dévoiler de nombreux dysfonctionnements, dix jours de tergiversations à l’Elysée, où la popularité de Jupiter est tellement en berne qu’avec un peu de chances cette nouvelle ineptie ne verra pas le jour, un rebondissement de dernière minute nous annonce que, oui, cette réforme faramineuse, nous allons l’avoir.

 

Il y a même eu des ajustements de dernière minute. Pour une réforme qui mobilise 50.000 fonctionnaires depuis plus d’un an et a déjà coûté fort cher, on se demande comment des ajustements ont pu être faits si vite.

 

Selon Darmanin tout va bien, il n’y a plus de bug. En une nuit tout a été réglé.  Jupiter a imposé les mains sur un Cerfa, il s’est illuminé, et tous les Cerfas déficients se sont corrigés spontanément. En même temps.

 

Beaucoup de pays européens utilisent déjà le prélèvement à la source, mais aucun n’a 450 déductions fiscales différentes, et aucun ne pratique le cumul du foyer fiscal. L’impôt est individuel, même si en pratique des dispositions sont prévues en fonction du contexte familial, et le prélèvement ne concerne QUE les salaires, et pas les revenus annexes qui font l’objet d’une déclaration rectificative en fin d’année. Or la réforme à la sauce Macron mélange tout, ce qui va poser un énorme problème de confidentialité et de respect de la vie privée, lorsque les employeurs devront rentrer les taux d’imposition des salariés et verront bien le revenu global du foyer. Je passe sur la complexité des feuilles de paie qui va s’ensuivre et sur la responsabilité des chefs d’entreprise, qui n’ont pas besoin de ça.

 

En réalité notre Grand Réformateur Auto-proclamé est passé à côté de ce qui aurait été une vraie réforme fiscale, avec une refonte complète du système pour le rendre simple, clair et moderne, et en profiter pour dégraisser le mammouth de Bercy. Cette fausse réforme, qui porte exclusivement sur la forme et pas sur le fond, comme toujours, va poser de multiples problèmes et probablement grever le peu de croissance qui nous reste. Tout comme la CSG sur les retraites qui aurait dû permettre de baisser les charges sur le travail, alors qu’en fait, avec la réforme (inique) des caisses de retraite et leur regroupement, elles vont augmenter, de même que vont augmenter les mutuelles santé.

 

Mais qu’à cela ne tienne, nos brillants gestionnaires vont bien trouver le moyen d’augmenter l’IRPP pour compenser le manque à gagner d’une croissance exsangue, par exemple en rendant la CSG progressive (ils en rêvent), et le contribuable blousé mettra ça sur le compte du méchant patron qui ne le paye pas assez. Le résultat sera encore moins de croissance. Bah, ce sera la faute de Trump ou de Poutine, ou les deux à la fois.

 

Au fond Hidalgo n’est pas seule en cause pour sa mauvaise gestion, elle fait la même chose que l’état socialiste : elle dépense sans compter, fait beaucoup de communication pour rien, fait régner l’arbitraire, ensuite elle cherche des sous par tous les moyens. Macron ou Hidalgo : seule diffère la taille du problème.

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Posts Récents

01/01/2020

Please reload

Archives
Please reload