Autolib' : la catastrophe au tournant !

19/06/2018

C'est prouvé : Hidalgo mène Paris à la Faillib’ !

 

 

Pour faire croire qu’elle peut se tirer sans encombre de son impéritie, Hidalgo brandit selon le Monde deux notes juridiques qu’elle a commandées à un cabinet d’avocats. Selon ces juges et parties à la fois, les indemnités réclamées par Bolloré seraient «manifestement disproportionnées » et l’article 61 du contrat qui engage les communes et leur syndicat à payer, outre le déficit cumulé prévisionnel, l’indemnisation des licenciements des 500 salariés d’Autolib’, le rachat des voitures et des stations serait lui-aussi illicite.

 

La fille du patron breton, présidente de la filiale en charge du sujet, ne l’entend pas de cette oreille et fait valoir qu’aux 150 millions d’euros de dettes s’ajouteront « les coûts de résiliation des contrats de sous-traitance qui se comptent en dizaine de millions d’euros, le rachat des bornes de recharge pour 16 millions d’euros, etc. On sera proche des 300 millions d’euros. » « Nous nous battrons pour avoir notre dû », ajoute-t-elle.

 

Aimer Paris n’a certes aucune espèce de sympathie pour Bolloré et ses méthodes. Mais il faut reconnaître que dès la signature du contrat les clauses dangereuses pour la ville et ses finances étaient décrites par le menu sur Delanopolis, notre ancien site Internet.

 

Hidalgo joue l’ingénue ou elle l’est réellement, peu importe. Elle n’a sans doute jamais aussi bien mérité son surnom de « Stupidalgo ». Il est illusoire de considérer qu’un juge administratif estimera que la ville de Paris et ses centaines de juristes n’étaient pas en mesure de comprendre ce qu’ils signaient. La limitation à 60 millions du risque couru par Bolloré était un élément contractuel notoire dont Bolloré pourra aisément démontrer qu’elle était une condition essentielle à son consentement.

 

Cette affaire, qui rappelle aussi au passage la nullité de Delanoë puisque tout cela a été fait sous son égide, tourne de plus en plus au vinaigre. Et ce sont les contribuables parisiens qui vont devoir boire le bouillon.

 

Qu’il est long le chemin d’ici 2020 …

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives
Please reload