Migrants : Anne Hidalgo se noie quai du Lot !

17/05/2018

 

La polémique qui oppose la mairie de Paris et le gouvernement macronien sur le sort des migrants qui campent quai du Lot, près de la porte de la Villette, est entièrement faite d’hypocrisie.

 

Hidalgo est prisonnière de son verbiage compassionnel qui a attiré les clandestins à Paris. Elle n’ose pas faire preuve de fermeté. Elle demande donc à Macron et à ses préfets de reloger tout ce petit monde, ainsi qu’il était fait du temps de Hollande.

 

Mais Macron est fermement décidé à la laisser croupir dans le marigot de ses promesses inconsidérées. Son objectif est transparent : laisser suffisamment pourrir la situation pour qu’Hidalgo finisse politiquement carbonisée.

 

Celle-ci surenchérit donc dans des marches hebdomadaires de dénonciation, des courriers au Premier ministre, des communiqués indignés, etc.

 

Pendant ce jeu de dupes, le problème grossit. Combien sont-ils à camper dans des cloaques ? 3 000 ? 4 000 ?

 

Qui plus est, les réalités juridiques sont dures à Hidalgo comme à Macron.

Le quai du Lot, situé en rive gauche du canal Saint-Denis entre Saint-Denis et le boulevard Macdonald (19ème arrondissement) constitue une dépendance dudit canal, propriété de la ville de Paris.

 

Il est affecté au service de ce canal, notamment au stationnement et au déchargement des embarcations de commerce ou de tourisme qui y naviguent et cette affectation n’a pas disparu avec la mutation du site transformée en promenade dans le cadre de l’opération d’aménagement Claude Bernard-Quai de la Charente.

 

Le quai du Lot ne constitue donc pas une voie publique comme le serait une rue où la ville de Paris serait en droit de demander aux services de police de la libérer pour la rendre à la circulation.

 

Pour obtenir ce résultat elle doit suivre la procédure prévue par le code de justice administrative pour l’expulsion des occupants qu’elle a laissé s’installer sans réagir immédiatement.

 

Elle aurait dû suivre l’exemple de SNCF Réseau lorsque furent occupées illégalement les voies de la Petite Ceinture, porte des Poissonniers ( 18ème ).

 

Madame Hidalgo , maire de Paris, même si le mot expulsion la hérisse, doit donc se plier aux règles de droit et faire le nécessaire en justice pour mettre fin à l’occupation du quai du Lot, occupation que son inaction ne fait qu’entretenir.

 

Et là, il ne sera plus question de compassion sur-jouée et jérémiades théâtralisées.

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives
Please reload