Carole Mauquo

Présidente de l'association "Il faut sauver Léo Lagrange" (IFSLL) dans le 12ème arrondissement

Pourquoi aimez-vous Paris ?

 

Parce que j’y suis née, que j’y ai fait mes études, que je m’y suis mariée et que mes enfants y sont nés. Pour l’anecdote, j’ai eu dans ma classe Christian Louboutin de la 6ème  la terminale – à une époque où quelqu’un d’aussi atypique que lui avait encore sa chance dans un lycée comme Paul Valéry dans le 12ème. J’ai appris à faire du patin à roulettes sur le périph encore en construction Porte Dorée. Quartier dans lequel je suis revenue habiter depuis 20 ans car j’y ai mes plus beaux souvenirs.

Pourquoi avez-vous créé une association de quartier ?

 

Parce que j’ai compris que pour s’opposer à certains projets ineptes de la municipalité, il fallait s’impliquer et mettre son énergie au service des riverains, la plupart du temps privés d’information et de droit de véto. Par exemple contre le projet visant le massacre du stade Léo Lagrange pour y construire ce qu’on ne devait pas appeler des HLM, cela a représenté 2 ans de travail et 2.000 signatures récoltées sur papier ou sur Change.org pour que la Mairie abandonne après avis négatif de l’enquête publique sur ce point.

 

Pourquoi avoir élargi l’objet de votre association ?

 

Extension du domaine de la lutte, tout simplement !
Rien que dans mon quartier des projets mortifères voient régulièrement le jour et nous devons dépenser une énergie considérable pour nous y opposer !

Alors nous réunissons les forces de différentes associations pour parvenir à repousser des projets aussi ineptes que la baignade publique sur le Lac Daumesnil, des tours qui vont emmurer Paris côté Est, et le tronçonnage de nombreux arbres pour bétonner ad nauseam – au profit d’une « végétalisation » de façade !

Je suis fière d’avoir lancé le mot d’ordre AUX ARBRES CITOYENS qui a été repris depuis !